ADMISSION

 

Le SSRA du Boy propose 2 types de séjours destinés à des personnes majeures ayant une conduite addictive à l’alcool (parfois associée à d’autres dépendances).

Le séjour de 2 semaines vise à  :

     – Consolider le sevrage.

     – Faire le point dans un travail de réflexion sur le moment de vie dans lequel le patient se trouve.

     – Découvrir ce qu’est un établissement de Soins de Suite et de Réadaptation (SSR) en addictologie, au travers de rencontres avec  des professionnels mais aussi en participant à certaines activités de l’institution.

     – Travailler, si le patient le souhaite, autour d’un projet de soins plus long, soit en ambulatoire, soit en SSR.

     – Consolider une démarche de soin antérieure.

Le séjour de 8 semaines vise à  :

     – Accepter la maladie

     – Reconstituer et accepter sa propre histoire pour retrouver son identité et donner un autre sens à sa vie

     – Travailler sur la restauration de l’estime de soi et de ses capacités

     – Travailler autour du renoncement et de l’acceptation du changement

     – Travailler sur le maintien de son abstinence

     – Impulser la réinsertion socioprofessionnelle

     – Préparer le retour à domicile

Ces temps de soins nécessitent un temps de préparation engageant :

– un sevrage physique,

– un questionnement sur la relation au produit,

– une anticipation de l’après séjour avec si nécessaire une prise de contact avec les services sociaux afin que les problèmes d’hébergement éventuels soient réglés avant l’entrée au Boy.

Un séjour au Boy ne vient pas répondre à une urgence mais il s’inscrit dans un parcours de soins réfléchi. Les entrées se font le jeudi avant 14 h ; la première demi-journée est consacrée à l’accueil et à l’installation.

 

Indications à l’admission :

Le séjour s’adresse à des personnes répondant aux 3 critères suivants :

     – Personnes majeures ayant une conduite addictive à l’alcool associée à des troubles fonctionnels, physiques, cognitifs, psychologiques et sociaux.

     – Personnes volontaires et motivées dans une démarche de soins afin de :

          – poursuivre une réflexion sur le sens de leur comportement addictif,

          – consolider leur abstinence,

          – évaluer les risques liés à la re-consommation d’alcool.

     – Personnes désirant expérimenter un changement de mode de vie (ce séjour représente une étape dans leur trajectoire de soin).

 

Limites à l’admission :

     – Les personnes non sevrées.

     – Les personnes présentant des troubles psychiatriques ou somatiques non stabilisés.

     – Les personnes inaptes à la vie en collectivité.

     – La non-adhésion au contrat thérapeutique proposé par la structure et la non-coopération aux soins.

PROJET THERAPEUTIQUE

L’accompagnement institutionnel individualisé s’appuie sur des réunions de concertation des différents professionnels autour de chaque patient.

Le séjour est ponctué de temps de rencontres avec le patient : 1ère rencontre (en 2ème semaine), bilan mi-séjour avec le référent (en 5ème semaine) et synthèse avec l’équipe (en 7ème semaine).

L’institution prévoit un référent pour chaque patient et des rendez-vous individuels avec les médecins, le psychologue, l’assistante sociale, la diététicienne……

Nous concevons l’espace institutionnel comme une « aire d’expérimentation » d’une vie sociale sans alcool où l’abstinence acceptée le temps du séjour n’est pas seulement renoncement mais élargissement, ouverture vers de nouvelles possibilités existentielles.

La vie en collectivité est évidemment un atout essentiel pour rompre l’isolement et réapprendre à faire avec les autres et avec soi.

La vie en collectivité au Boy est un espace de convivialité, de rencontre et d’échange, mais peut-être aussi source de contraintes et de tensions.

En l’absence du toxique et de sa fonction de colmatage, la vie institutionnelle veillera à ce que la différence, le conflit, l’autorité, ne soient pas escamotés mais affrontés et assumés.

Dans cette ambiance de vie en collectivité, le patient pourra re-fabriquer de la vie quotidienne. Le patient retrouve un rythme compatible avec une vie sociale. La vie institutionnelle est rythmée par un emploi du temps qui associe temps imposés et temps laissés à l’initiative de chacun, temps d’activités et temps de repos, temps de rencontres et temps de solitude.

Le patient va aussi re-mobiliser ses ressources, ré-expérimenter ses capacités, redéployer ses centres d’intérêt au travers de différentes approches thérapeutiques :

– La vie en collectivité, les activités d’ateliers et le suivi social des patients

– Les entretiens individuels, les groupes de parole et groupes d’information et de réflexion.

– Le suivi médical et la mise en œuvre de techniques à médiation corporelle (relaxation, activité physique, esthétique).

Retrouver sa place au sein d’un groupe social, c’est aussi assumer des responsabilités ; c’est ce que nous proposons au patient au sein de la vie institutionnelle :

– Le patient est chargé de l’entretien de sa chambre et de son linge.

– Les patients assurent la gestion du bar thérapeutique et de la bibliothèque.

– Chaque patient est invité à accueillir un nouvel arrivant.

– Les patients sont sollicités pour l’organisation des activités de loisirs du week-end.

– Ils participent à une réunion mensuelle qui rassemble patients et professionnels et où sont débattues les questions concernant leur vie quotidienne.

– Les patients ont aussi la charge des soins à apporter aux animaux de basse-cour.

L’espace institutionnel est en lien avec l’extérieur. La postcure n’est pas un espace-temps totalement coupé du contexte de vie du patient qui a la possibilité de sortir et de recevoir (des chambres d’hôtes sont à la disposition des familles).

L’institution favorise des relais, des passerelles vers le lieu de vie du patient (contact avec l’entourage, avec les prescripteurs, prises de rendez-vous…).

Il est souhaitable que l’après séjour soit déjà préparé en amont : prise de RDV avec les services sociaux (si nécessaire), et les services de soins en ambulatoire.

ETAPES DU SEJOUR

 

Les 4 premières semaines : Activités d’ateliers obligatoires le matin

     – 1ère, 2ème et 3ème semaine : ateliers thérapeutiques (Ergothérapie, Nature, Expression).

     – 4ème semaine : affectation au choix du patient dans les 3 ateliers.

La 5ème semaine est un temps de rupture avec le rythme institutionnel qui laisse plus d’autonomie au patient (pas d’ateliers proposés le matin). Elle réintroduit du manque afin de re-mobiliser la réflexion et de réhabiliter le désir.

Les semaines 6, 7 et 8 laissent plus d’initiative au patient : il s’inscrit dans les activités proposées qui visent à la préparation de la sortie et au détachement de l’institution.

Les après-midi sont ponctuées d’activités (sport, relaxation, information médicale, ateliers divers) et de rendez-vous (psychologue, assistante sociale, esthéticienne …)

 

LE DEROULEMENT D’UNE JOURNEE

En semaine, la journée des patients se compose :

     – de temps obligatoires 9 h – 12 h et 14 h – 17 h  :

          – Ateliers

          – Entretiens individuels (psychologue, médecin, référent…)

          – Séances d’information

          – Groupes de parole

          – Sport, relaxation

      – et de temps libres à partir de 17 h

Le week-end est laissé libre avec la possibilité de participer aux animations proposées (randonnées, cinéma, participation aux manifestations culturelles et de loisirs ayant lieu dans le département …).

Passée la première semaine de présence dans l’établissement, des autorisations de sorties peuvent être accordées.

L’EQUIPE

Une équipe pluridisciplinaire formée à la prise en charge des addictions, à l’Education Thérapeutique du Patient :

– 3 médecins dont 1 gastro-entérologue

– 6 infirmiers pour une présence 24h/24

– 1 diététicienne

– 1 psychologue clinicien

– 1 éducateur en activité physique adaptée

– 1 Conseillère en Economie Sociale et Familiale

– 3 animateurs de la vie sociale

– 3 moniteurs d’atelier

– 1 Aide-Soignante

– 1 Aide-Médico-Psychologique

– Le personnel logistique, technique et administratif

Un partage pluri-professionnel qui permet à chacun de contribuer et d’enrichir  l’accompagnement du patient.

Nous contacter